The Walking Dead FR
the-walking-dead-saison-7-episode-7-sing-me-a-song-critique

The Walking Dead (S07E07) : Notre critique !

Après l’arrivée de Negan dans cette septième saison de The Walking Dead, on commençait à croire que la série allait finir par s’engouffrer dans des chemins solitaires jusqu’au mid-season finale. Mais non, notre groupe de survivants revient sous les projecteurs, distillés en petits duos par-ci par-là qui n’est pas sans rappeler la séparation de chacun après l’attaque de la prison du gouverneur lors de la saison 4. Alors, est-ce que les scénaristes nous préparent un nouveau cliffhanger pour bien nous faire rager pendant les mois d’attente à venir, ou vont-ils simplement achever d’introduire tous les nouveaux personnages ?

[ATTENTION SPOILERS]

On ne va pas se mentir : voir Carl se lancer dans une vendetta personnelle, ça nous fait un peu rire. Enfin, on rira moins lorsqu’à la fin de l’épisode, Carl amène Negan tout droit dans la chambre de Judith. Ah oui, on ne doute pas qu’il doit se sentir bien fier de lui sur ce coup-là le fils Grimes. Passons. Le point fort de « Sing Me A Song », c’est le développement de la relation Negan/Carl (ou petit serial killer) qui met en scène certaines scènes cultes des comics, notamment le passage où le garçon chante une chanson au chef des Sauveurs qui fait des moulinets avec sa batte en écoutant. C’est assez intéressant, de voir cette relation se construire : à la fois Negan chambre le gamin, le fait se sentir mal et ridicule pendant une seconde, et celle d’après il s’excuse et semble vraiment désolé envers Carl, le traitant avec plus de respect qu’il n’en a parfois pour ses propres hommes. Une relation qui interroge, qui rend sceptique le spectateur : pourquoi Negan se comporte t-il comme ça ? De même, qu’est-ce que cela va impliquer pour Rick, qui est parti de son côté sans se douter une seule seconde que son fils a voulu jouer au justicier borgne ?

sing0

Carl, borgne,  il l’est on l’aura tous remarqué. Mais le fait de le voir pleinement, sans bandeau, à devoir assumer sa blessure, cela risque de changer profondément le caractère du personnage. Jusqu’alors, il n’assumait pas cette partie de lui. Forcé par Negan, qui l’effraie bien finalement, il a du se dévoiler, devant l’homme qu’il déteste certainement plus que tout. Un coup à se moquer, un coup à s’excuser, un coup à vénérer Carl… difficile de juger le degré de cette relation qui se construit. Mais cela va avoir un impact certain sur Carl. Au fond, ne souhaite t-il pas lui aussi mériter le respect de ses pairs ? A son âge, en plein développement intérieur, on veut forcément s’affirmer, se faire respecter et écouter. Alors pour le meilleur et pour le pire… Carl va changer. C’est obligé. Le tout est de savoir dans quelle direction il va évoluer.

sing2

En parallèle, Michonne aussi se la joue solitaire. Récemment, elle a découvert que les matelas volés par les sauveurs ont été brûlés. Pourquoi, vous demandez-vous ? Parce qu’on n’ose pas trop demander à Negan sa vision des choses, on partage la notre : c’est tout simplement une tentative de plus d’imposer le contrôle sur Alexandria, de les soumettre et surtout de se moquer librement d’eux. Les Sauveurs n’ont techniquement pas besoin d’Alexandria pour subsister à leur besoin et ce n’est certainement pas leurs prisonniers qui demandent des matelas pour dormir. Alors en soit, c’est juste une manière de soumettre Rick et compagnie comme Negan soumet Daryl en esclavage. Et avec les têtes fortes que sont les femmes de ce groupe, à savoir notamment Michonne et Rosita, cet énième sentiment de « foutage de gueule » -parlons librement- ne passe pas. En soit, c’est parfaitement compréhensible. Ce qui l’est moins, c’est que tout le monde s’éparpille chacun de son côté, ne se soutenant pas mais plutôt misant sur l’adversité. Pourquoi Michonne et Rosita ne se rassemblent t-elles pas par exemple ? Ou mieux encore : pourquoi personne ne pense à aller chercher ailleurs s’il n’y a pas d’autres habitants plutôt que de chercher des vivres et se ramener la plupart du temps les mains vides ? Quand on y pense, il subsiste encore énormément d’incohérences. Mais c’est Negan qui doit s’en frotter les mains, après tout, le proverbe « diviser pour mieux régner » semble s’appliquer à merveille pour cette nouvelle saison. Le groupe est brisé, la confiance est remise en cause, les avis divergent. Sans Rick pour maintenir le cap, le groupe s’effondre. Et ce n’est certainement pas Spencer qui va réussir à tenir le navire.

sing4

Spencer, parlons-en. Déjà qu’il n’était pas des masses apprécié la saison précédente, ces derniers temps, il doit battre des records d’animosité. C’est dommage, on aurait presque cru croire un instant à une histoire romantique entre Rosita et lui. Non pas qu’on aurait aimé voir ça, mais à la limite il aurait pu être moins détestable. Malheureusement pour lui, et pour nos écrans qu’on manque de briser à chacune de ses apparitions, il se met tout le monde à dos. Même père Gabriel le rembarre, c’est dire !  C’est mon nouveau héros, par ailleurs. Ne me jugez pas, c’était très jouissif de le voir ainsi dire les choses cash à Spencer. Ce dernier ne pense pas à se remettre en cause d’ailleurs. Pourquoi donc ? Dès le départ, parce qu’il est le fils de Deanna, il est persuadé d’agir dans son bon droit. Mais combien de fois a-t-il mis les siens en danger aussi ? Et il y a fort à parier que son dernier coup va se retourner contre lui, ou pire, contre quelqu’un d’autre. Sans mentionner les comics, on se doute bien que Spencer joue au plus malin et qu’il essaie d’entrer dans les bonnes manières des Sauveurs. Mais le marché a été passé avec Rick. Pas avec Spencer, ne l’oublions pas. Negan étant à cheval sur les règles, et en plus en vacances à Alexandria, on a hâte de voir ce qu’il va penser du comportement erratique et égoïste de Monroe Junior.

CONCLUSION

sing1

Au final, cet épisode est avant tout une heure réservée à Carl et Negan, avec des petites intrigues éparpillées par-ci par-là. On en aura encore appris plus sur le Sanctuaire, peut-être plus que l’épisode 4 qui lui était pourtant entièrement dédié. Jouant toujours sur la nostalgie, comme quand Carl chante une chanson de Lori, Sing Me A Song accentue la tension de la série jusqu’à la dernière seconde. Et si l’épisode ne méritait peut-être pas forcément de durer une heure entière, au moins cela aura-t-il permis de cerner le personnage de Negan un peu plus. Ce qui n’est pas pour nous rassurer.

He’s here.

Etudiante en licence pro Librairie à Toulouse après un DUT Métiers du Livre à Dijon, Julie est une véritable passionnée des séries TV. D’abord chroniqueuse et critique de séries spécialisée Marvel et DC, Julie est traductrice pour la communauté #TWDFrance et partage depuis peu ses reviews sur la série.

Vous pouvez également lire...


The Walking Dead (S07E13) : Notre critique ! Bury Me Here… ou comment tout bascule en un épisode. C’est l’histoire du Royaume, qui en une quarantaine de minutes, dévie radicalement de cette paix ...
The Walking Dead (S07E12) : Notre critique ! Qui n’a jamais rêvé de passer une petite lune de miel en pleine apocalypse ? Si ce n’est pas sur notre to-do list actuelle, Rick et Michonne s’offrent...
The Walking Dead (S07E11) : Notre critique ! Deux épisodes sans Negan, c’est presque trop pour cette septième saison de The Walking Dead. Les fans en redemandent, et c’est ce nouvel épisode qui v...
The Walking Dead (S07E10) : Notre critique ! « We own your lives » C’est sur cette phrase qui n’est pas sans rappeler la situation critique des Alexandriens soumis à Negan que nous avait laissé l...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *